Sharing is caring!

Beaucoup d’entreprises établies sont confrontées à la difficulté d’innover au sein de leur propre organisation. Une bonne solution consiste à créer un incubateur interne d’entreprise.

Beaucoup d’entreprises établies sont confrontées à une réelle difficulté d’innover au sein de leur propre organisation, pour de multiples raisons :

  • Toute idée décalée dérange ; l’entreprise elle-même se mobilise pour la tuer
  • Il est difficile de projeter le business potentiel lié à un concept nouveau
  • Le porteur d’une idée ou d’un concept innovant a un risque élevé d’échec, ce que la culture d’entreprise tolère rarement
  • Les projets de développement de produits et d’offres sont pilotés pour combattre l’incertitude : l’introduction de concepts nouveaux, dont le potentiel n’a pas été prouvé, a peu de chance de se produire

Une bonne solution consiste à créer un incubateur interne d’entreprise.
Un incubateur est une « structure spécialisée pour développer des innovations ». Derrière le mot, se cachent des réalités diverses : incubateurs privés ou publics, dédiés à une entreprise ou partagés entre plusieurs entreprises ou activités, structures physiques ou virtuelles.
Les incubateurs sont en général utilisés pour supporter le développement de start-ups, destinés à devenir des aventures autonomes. Mais il est également possible de faire de l’incubation de projets pour trouver de nouveaux leviers de croissance, selon un mode « start-up », c’est le cœur de la logique d’un incubateur interne.
Les projets candidats sont ceux qui ont a priori un bon potentiel de revenus et dont le business model est décalé par rapport au business model traditionnel de l’entreprise. Ces projets verront leur maturation accélérée, et à l’issue de l’incubation pourront s’intégrer à l’activité de l’entreprise, ou se développer dans une structure contrôlée par l’entreprise.

Pour être une réussite, l’incubateur interne doit proposer un environnement spécifique, permettant d’accélérer l’épanouissement des idées et le développement des innovations

  • Fonction « Nursery » : Mettre à disposition, de façon réactive, l’ensemble des ressources nécessaires à la mise au point, l’expérimentation et la validation d’un nouveau concept d’offre : techniciens, force de vente, marketing, juristes, informaticiens, experts internes ou externes, univers d’expérimentation etc.
  • Fonction « Accélération et protection contre les perturbations extérieures » : Piloter le projet en mode agile. Isoler le projet de l’environnement traditionnel, de ses lourdeurs, ses contraintes, ses processus de décision trop longs.
  • Fonction « Business Angel » : Donner un coup de pouce aux nouvelles idées prometteuses. Financer en amont si nécessaire, l’effort d’innovation (formation, développement spécifique). Appliquer sur les premières affaires des règles de « pricing » moins exigeantes en terme de ROI
  • Fonction « Scalabilité » : Dimensionner le marché potentiel et anticiper les facteurs clés de succès de l’industrialisation de l’offre

Nous pensons qu’au delà du renouvellement des offres de l’entreprise, qui est son objectif premier, le fait de mettre en place un tel dispositif contribue à une transformation profonde de l’entreprise.
Prenons l’exemple d’une compagnie d’assurances. Son business model est l’héritage du passé avec :

  • Une segmentation traditionnelle des classes de risques (multi risques habitation, véhicules à moteur…).
  • Une chaîne de valeur intégrée, depuis le cœur de métier de la gestion du risque jusqu’à la distribution des produits

Cette compagnie est confrontée à l’émergence de nouveaux acteurs au delà des banques, concurrence à laquelle elle est habituée, à faire face : comparateurs, distributeurs de tous types…
Elle est également confrontée à de nouveaux comportements des assurés en termes de mobilité : co-voiturage, utilisation de véhicules en libre service, utilisation conjointe… Ces nouveaux risques échappent à la logique des contrats actuels.
Dans cette société l’évolution des offres est très lente ; au delà, il est extrêmement difficile de créer de nouveaux modèles, sachant que ces nouveaux modèles peuvent remettre en cause des frontières de territoires ou des logiques de pouvoir.

L’incubateur interne permet d’insuffler une dynamique de renouvellement des offres. Il est un outil de transformation des pratiques et de la culture de l’entreprise :

  • Il permet de développer l’ « intrapreunariat », en offrant un espace de liberté à des cadres motivés
  • Il est un pont entre les activités de recherche et le développement de produit, permettant de mieux exploiter le potentiel des inventions et brevets possédés par l’entreprise
  • Il permet de développer la pratique des modes de fonctionnement collaboratifs et de méthodes de pilotage de projet de type start-up
  • Il permet d’augmenter la capacité de l’entreprise à absorber des offres décalées et par là même d’augmenter son agilité

Au delà, l’incubateur permet d’accéder à des transformations fondamentales de business model. Notre compagnie d’assurances par exemple doit envisager une révolution dans le périmètre des ses activités et ses modes de distribution pour être un leader dans le futur.